Si vous pensez passer par le Nicaragua cette année, vous tomberez surement par hasard sur un petit événement local, une fête ou autre célébration. C’est l’occasion de s’intéresser de près à la manifestation et de faire de sacrées photos, avec respect bien évidemment. On ne s’ennuie pas au Nicaragua. Un petit coup d’œil sur le site web de l’agence vous donnera les grandes dates. Je vous propose ci-dessous une autre lecture et un autre regard sur les célébrations de l’année au pays des lacs, des volcans et des vagues.

En Janvier, ça sent le baseball par ici. On peut souvent tomber sur les finales entre les meilleures ligues nationales. Chaque ville ou village a son stade ou sa cancha. Managua, bien évidemment, dispose d’un très beau stade, tout récent.

Février, nous mettons le nez dans la poésie. Le Nicaragua se trouve alors au centre de certains festivals de littérature. Une certaine renommée dans la région flotte. Beaucoup d’artistes d’Amérique latine sont de passage dans le pays. Peut-être croiserez-vous un poète de passage à Granada ?

Mars vous invitera à vous rendre à Masaya. La fête de San Lazaro vous attend, elle prècède le dimanche des rameaux. Mettez votre plus belle chemise, il semblerait que même les animaux de compagnie se mettent sur leur 31.

Avril et la semaine sainte… Comment dire ? Comment vous expliquer ? Le plus simple est de venir se rendre compte par soi-même. Globalement c’est le rare moment de vacances que tous les Nicaraguayens partagent. Il fait chaud en ce mois d’avril, tous à la plage !

Mois de mai ! ça va danser ! côté caraibes, Bluefields et sa cote accueillent la fête du Palo de Mayo. Oubliez les blagues saucées et les références à notre sainte Benedicta, c’est la célébration de la fertilité ! Un petit tour à l’est peut être donc une bonne idée.

Catarina et Apoyo en Juin ! Fiesta de San Juan Bautista dans le petit village sur la crête de la lagune. On fête alors Jean le baptiste ! Belle ambiance assurée.

Juillet, le 17 surtout ! Fin de la dictature ! C’est le jour de la joie, dia de alegria ! Le rouge et le noir est de sortie, fanfares et défilé au programme. Partout !

La fête de la fin de l’esclavagisme en août sur les iles de mais. La côte caraïbe se réveille, c’est la fête ! Ambiance caraibeenne garantie ! Pendant ce temps-là à Managua, on célébre le saint patron de la ville. Du 1er au 10. Notez-le, ne sait on jamais. Vous vous questionnerez moins dans le trafic de la capitale en croisant défilés et rodeos.

C’est la rentrée en septembre ? Non, pas vraiment. Les écoliers entrent en classe en février au Nicaragua. Dans le nord, septembre est surtout l’occasion de fêter le maïs sous toutes ses formes. Le 15 septembre, nationalement et dans la région, on célèbre aussi la fin de règne des colons espagnols en Amérique centrale. C’est le mois patriotique au Nicaragua, on commémore l’indépendance, on sort drapeaux blancs et uniformes ! cela peut durer plusieurs jours. On peut considérer que la Révolution française et ses idéaux modernes avaient alors invité la région et le monde à se libérer.

Le dernier mois de la saison des pluies, octobre, a aussi sa fête. A Masaya, on célébre les Agüizotes, une célébration syncrétique, entre traditions locales et anciennes croyances ibériques. Les masques sont de sortie, on danse toute la nuit. Masaya est donc bien plus qu’un volcan et qu’un marché artisanal ce mois-ci.

Novembre et son carnaval « aquatique ». Caravanes, fanfares et défilé flottant sur le rio san juan autour de San Carlos. Un spectacle à ne pas rater aux alentours du 20 novembre.

Tout le monde crie, chante et lance des pétards en décembre. C’est la griteria. Un spectacle impressionnant à observer notamment à Leon, dans le nord du pays. On fête la conception de la Vierge Marie, c’est la purisima. La célébration de l’immaculée conception. Détrompez-vous, le spectacle ne se passe pas dans les nombreuses églises mais plutôt dans les rues.

Lannée est alors terminée. Le même programme lan prochain sera dactualité si Dios quiere.