La ville de San Carlos de moins de 30000 habitants est située à environ 300 kms de la capitale Managua. Elle est la principale porte d’entrée et de sortie pour les voyageurs et visiteurs de la zone, enclavée à l’exact point de départ du rio San Juan dans le lac Nicaragua.

La ville date du 16ème siècle, petite et rustique mais dispose de petits hôtels et restaurants pour accueillir les gens de passage. C’est un paradis pour les pêcheurs et la pêche sportive y est très réputée avec son tournoi international. 

Son Histoire

   Il n’existe pas de preuves formelles nous permettant de dater la création de cette cité côtière. On sait qu’en 1679, l’évêque espagnol du Nicaragua avait soumis à la couronne l’idée de la fondation d’une ville à l’embouchure du rio, un comptoir. La nécessité de mettre en place un point de contrôle à l’entrée du fleuve drainant naturellement d’énormes quantités d’eau. Une fois de plus, la colonisation espagnole ne s’arrêtaient pas là par hasard. D’abord appelé Nueva Juan, San Carlos était alors habité par des populations indigènes, los Pipiles, surement la communauté originelle de l’endroit. Dans la première moitié du 16ème siècle, ces derniers et d’autres tribus furent littéralement exterminés. 

La communauté des Gatuzos occupait la partie supérieure du Rio Frio, venant directement des Caraïbes, ils avaient la réputation d’être de farouches guerriers et ne refusaient que rarement le combat. Ils occupent essentiellement des positions bien stratégiques non loin des montagnes. Ces groupes indigènes Antillais se retrouvaient jusqu’à Solentiname. Les espagnols, bien plus fort en nombres et en technique finiront par esclavagiser les quelques tribus rebelles. 

Les Caribes et les Miskitos étaient plutôt dans la zone du lac, il fut bien plus difficile pour les espagnols de les contrôler au début de l’exploration du Rio San Juan. Beaucoup de ces villages indigènes ont souffert de la tactique de la terre brûlée, technique et stratégie guerrier et barbare bien connue encore aujourd’hui. Brûler certains villages répondait tout simplement au non désir des colons d’installer un comptoir ou un fort. Les points et villages stratégiques étaient plutôt situées près des routes commerciales et des villes du Pacifique. 

Que faire à partir de San Carlos ?

   La petite ville de San Carlos ravira les amoureux de la pêche sportive, de la tranquillité et de la Nature. Depuis son embarcadère, en lancha vous pourrez partir en excursion, soit vers l’est sur le Rio San Juan, soit vers l’ouest sur les eaux du lac Nicaragua afin de vous rendre et de visiter les lieux suivants :

  • l’archipel de Solentiname qui regroupe une trentaine d’îlots plus ou moins grands dont certains habités par de nombreux oiseaux et animaux marins et des communautés d’artisans et peintres ayant développés leur propre style artistique
  • la réserve naturelle Los Guatuzos dont la jungle abrite une grande diversité d’animaux et de plantes
  • le Rio San Juan. Rivière reliant le Lac Nicaragua à l’océan Pacifique remplie d’Histoire et bordée d’une luxuriante faune et flore tropicale
  • la ville de El Castillo, au bord du Rio San Juan
  • la réserve naturelle Indio Maíz qui abrite une grande biodiversité