Située au milieu du Lac Nicaragua, Cocibolca, Ometepe est la plus grande île du Lac. Accessible facilement par ferry à partir du port de San Jorge, près de Rivas, elle offre une multitude d’activités au plus proche de la nature autour de ces deux volcans qui la composent: Concepción et Maderas

Cette île a quelques chose de spéciale, elle plaît ou ne plaît pas, il y règne une onda bien particulière, différente que sur le continent. Que ce soit lors de la dictature ou lors d’autres bouleversements nationaux, les natifs de Ometepe sont à contracorriente. On dit même qu’il y existe des croyances et rites religieux syncrétiques bien particuliers. 

Mettre le pied et explorer Ometepe garantit au voyageur un dépaysement total et de superbes découvertes. 

Géographie et Climat

   D’une surface de moins de 300 km2, l’île d’Ometepe recense actuellement plus de 35 000 habitants. Les deux centres “urbains” et administratifs, Moyogalpa et Altagracia, sont bien entendus les plus peuplés. Dans les zones protégées de l’île, il n’y a ni résidents ni activités économiques. Aucune infrastructure! La nature à l’état presque brut, sans intervention de l’Homme. La raison n’est ni politique ni écologique, c’est tout simplement l’état volcanique et la configuration de certains terrains qui ne permet même pas son exploitation. La nature a donc repris ses droits, tout naturellement. 

Niveau climat, les températures sont agréables toute l’année, de 26°C en janvier à 29°C en mars. Attention aux fortes pluies en août, septembre et octobre. Le lac est connu pour être le théâtre de violentes tempêtes pendant cette période.

Histoire et Patrimoine culturel

   L’île d’Ometepe au Nicaragua est pleine d’Histoire et d’histoires. Son nom viendrait des termes ōme (deux) et tepētl (montagne) de la langue originel nahuatl faisant bien entendu référence aux deux volcans présents sur l’île, Concepción et Maderas.

1500 avant Jésus-Christ serait la période où Ometepe aurait vu ses premiers habitants s’installer, une population originaire de l’actuel Mexique aurait descendu la côte pacifique et se serait installé sur cette île. C’est la période où dans notre Moyen-Orient actuel se construisaient pyramides et autres surprises architecturales. La population d’Ometepe ne construisait pas de routes ou de temples mais était plutôt en transhumance depuis l’Amérique du Nord et commencait à s’enraciner sur l’île. L’endroit semblait alors être accueillant, avec raison.

Comment se rendre compte de cette histoire passée? de cette présence? De grandes quantités de céramiques et d’énormes sculptures taillées dans la basalt ont été retrouvé sur les terres d’Ometepe et sont maintenant exposées dans le parc de l’église d’Altagracia et à Managua, au musée! Des sculptures jumelles attribuées aux mêmes constructeurs se trouvent également sur l’île de Zapatera, une autre île du Lac Nicaragua. 

Vous découvrirez alors un peu partout sur l’île à ciel ouvert des sites archéologiques et des pétroglyphes datant de -300 avant notre ère. Cependant, on estime que peu de ces trésors passés aient été découverts, il existerait encore un gros potentiel de fouilles dans la région, dans le pays même!

Pendant la colonisation du pays par les Espagnols, Ometepe  était un refuge pour les pirates. En effet, à partir de l’île, il était aisé de se rendre à Granada pour des raids. La ville de Granada est alors régulièrement pillée et des femmes enlevées. Cette flibuste entrée par la porte des Caraïbes et par le Rio San Juan a contraint les habitants d’Ometepe à s’isoler et à se cacher à l’intérieur de l’île. 

Plus récemment, au cours du XIXème siècle, on s’intéressa à l’idée de percer et de penser le lac Nicaragua différemment en vue de la construction d’un canal interocéanique entre les océans Atlantique et Pacifique. Malgré les voies maritimes naturelles déjà existantes et traversant le lac, les nombreux aménagements coûteux ont découragé plus d’une compagnie. Les ingénieurs français ont connu les mêmes “épreuves” avec le canal voisin du Panama. Jusqu’à encore récemment, 2003 et 2013, le sujet d’un canal au Nicaragua était encore sur la table et des appels d’offres lancés. Décidément, l’histoire réserve encore beaucoup de surprises à cette belle île d’Ometepe qui serait au centre des changements engendrés par cette réalisation. 

Que faire à Ometepe?

   L’île d’Ometepe n’est pas très grande mais regorge de lieux différents à visiter et d’activités sportives à réaliser afin de profiter de toute la splendeur de cette terre volcanique au milieu du Lac Nicaragua. En voici les principaux :

  • du kayak sur le Río Istián : vous observerez la végétation abondante et les nombreux oiseaux résidents et migrateurs (hérons, jacanas, cigognes et même des faucons) de cette rivière située entre les deux volcans de l’île.
  • une baignade à Ojo de Agua : vous pourrez vous détendre dans des eaux volcaniques riches en minéraux qui auraient des vertues médicinales, à l’ombre de la forêt tropicale.
  • une balade dans la réserve naturelle de Charco Verde : au pied du volcan Concepción, le long de la lagune et du lac Nicaragua écoutant les nombreux singes hurleurs et toutes sortes d’oiseaux.

 

  • un couché de soleil à la Punta Jesús María : avancée de terre étroite de près d’un kilomètre de long au milieu du Lac Nicaragua donnant vue sur le volcan Mombacho, près de Granada.

 

  • une randonnée jusqu’aux Cascades San Ramón: agréable promenade sur le versant sud du volcan Maderas, au sein de cette abondante nature où l’on peut observer différents animaux tels que des singes Congo, des boas, une grande variété d’oiseaux, et d’insectes avant d’arriver à la cascade d’eau pour se rafraîchir.
  • une visite du Musée Ceibo : fondé en 2007, le musée retrace les richesses de l’archéologie nicaraguayenne et les vestiges pré-colombiens de la région.
  • une balade à la découverte des quelques 1500 pétroglyphes qui parsèment l’île.
  • un tour de l’île à vélo, en scooter ou en moto
  • des sports nautiques sur le lac tel que le kitesurf, le kayak ou encore la pêche sur un bateau.
  • une baignade dans les eaux du lac à Playa Santo Domingo

S’y rendre et s’y déplacer

   L‘île d’Ometepe est accessible en bateau et en ferry depuis la ville de Granada ou depuis le port de San Jorge, près de la ville de Rivas. 

Le bateau en provenance de Granada ne part que deux fois par semaine et arrive dans le nord de l’île dans la ville d’Altagracia après une traversée de quatre heures – n’est plus en service actuellement.

Le moyen le plus rapide et le plus pratique est de prendre un ferry ou un bateau depuis le port de San Jorge vers le port de Moyogalpa à Ometepe. La traversée dure un peu plus d’une heure à raison d’un à deux départs par heure

Il est possible de prendre sa propre voiture sur l’île, transportée sur les ferries uniquement, ou d’en louer une sur place.

Sur l’île vous pouvez également vous déplacer en taxi, en bus, en scooter ou à moto.