Santiago de los Caballeros de León

   León ou Santiago de los Caballeros de León est comme une capitale. Cette ville de style coloniale est chaude de part son climat, son histoire et la grande proximité avec ses habitants. On s’y sent rapidement chez soi. 

Cette fameuse capitale de la révolution Sandiniste est aujourd’hui une grande ville étudiante et populaire, bien à l’opposé de la très chic et conservatrice Granada. On y sent encore l’histoire et la poudre dans les murs et façades de la ville. C’est presque un pèlerinage pour certains sandinistes ou mélancoliques de la rouge cause centrale américaine.

Mais c’est aussi une ville religieuse ! On y compte plus d’une dizaine d’églises, baroques à néoclassiques. On y ressent l’histoire et la « colombisation » du continent. Il est impossible de rater la légendaire grande cathédrale blanche, un symbole de la ville quasiment. La cathédrale de la Asunción date du 18ème siècle. Gardée par de lions géants sculptés sur son perron, son entrée est toujours libre et la visite toujours fraîche. 

Amoureux des arts et de la culture, León dispose de quelques musées, dont le fameux Ortiz Guardian, musée d’art contemporain situé dans deux superbes bâtisses coloniales. Ruben Dario, l’écrivain et poète national de la fin du 19ème, se voit aussi consacrer un musée à León, capitale nationale de la poésie à certaines occasions. Natif de la cité, sa maison d’enfance regroupe de nombreux objets et archives de l’artiste. 

Un peu d'histoire...

   Le connu et réputé conquistador Hernandez de Cordóba a fondé “sa” première ville au Nicaragua en 1524 sur le site des actuels ruines de León Viejo, en face du volcan Momotombo. La cité a bel et bien été déplacée, suite à un tremblement de terre et l’éruption du volcan dominant la ville, plus au nord et à côté du village de Sutiaba, aujourd’hui encore quartier périphérique indigène de la capitale de la révolution.

Devenue capitale de l’intendance du Nicaragua avec les espagnols, León s’est transformée aussi en capitale de l’état du Nicaragua. Elle le resta de manière temporaire jusqu’au début du XIXème. 

A l’indépendance du Nicaragua, León devint la capitale du pays. En 1839, León et Granada partageait le statut en alternance, la rivalité historique naissait alors entre les 2 villes, entre libéraux et conservateurs. La ville de Managua, située entre les 2 parties, a alors été choisie en 1858 afin de mettre fin à cette querelle. 

L’histoire ne s’arrête pas là, bien heureusement, León vit et reste sous la menace de plusieurs volcans, encore. Plusieurs fois sont tombées des pluies de cendres sur la ville, ces dernières venaient du Cerro Negro qui a explosé au moins trois fois dans cette deuxième moitié du XXème siècle (1968, 1971 et 1992). Les habitants avaient alors pris l’habitude d’évacuer. 

La ville continue de vivre et devient même un véritable bastion pendant la révolution sandiniste. En Septembre 1978, le Nicaragua se soulève contre Somoza, le dictator. Un Front d’Étudiants de Révolution (FER) se crée à Léon, grande ville universitaire du pays. La garde nationale somoziste arriva à garder le contrôle et beaucoup de rebelles se sont alors réfugiés dans les campagnes environnantes de León. Certains étudiants restés sur le terrain, n’ont pas quitté la bataille, ou malheureusement pas à temps, on a alors assisté à un massacre, celui des “enfants insurgés”. Les avions tournent au dessus de León, l’armée aussi. L’insurrection finira par reprendre et le front sandiniste connaîtra une véritable victoire à León en juillet 1979, le début de la fin de règne pour la famille Somoza au Nicaragua.

Que faire à León et ses alentours?

   La ville et la région de León offre de nombreuses possibilités. Nous vous conseillons de vous balader à pied dans la ville afin de prendre le temps de découvrir ses nombreux quartiers, ses marchés, ses églises, ses rues, son ambiance, ses musées,…

Visite du parc central

Prenez le temps de vous poser sur un banc dans le parc central pour observer les bâtiments autour tels que la cathédrale bien entendu mais aussi l’hôtel de ville, le palais épiscopale ou encore le collège Seminario Tridentino San Ramón.

Explorer les églises de la ville

La ville compte plus de 17 églises dont en voici quelques unes :

  • La cathédrale de León ou Basílica Catedral de la Asunción (lire ci-dessous)
  • Eglise de la Merced
  • Eglise de la Recolección
  • Eglise El Calvario
  • Eglise San Francisco

Les musées :

  • Museo Rubén Darío, situé dans la maison où ce poète nicaraguayen a vécu pendant 14 ans, le musée possède plusieurs objets personnels de cet artiste qui retracent sa vie et son histoire.
  • Museo de Arte Fundación Ortiz-Guardián, ce musée d’arts expose des peintures, sculptures, imageries et artisanat contemporains dans deux très beaux bâtiments coloniaux restaurés.
  • Museo de de Tradiciones y Leyendas, situé dans un bâtiment qui a servi de prison pendant le régime de la famille Somoza dans les années 1920, ce musée est dédié à 14 mythes et légendes nicaraguayens.
  • Mausoleo de Héroes y Mártires, musée de la Révolution : en face de la cathédrale sur le parc central, ce musée dans une ancienne maison de la ville retrace les événements de la révolutions des années 70.
  • Les ruines de León Viejo, musée archéologique à ciel ouvert de la première ville de León (lire ci-dessous).

Les volcans aux alentours de Léon

Autours de Léon, vous pourrez partir pour différentes randonnées et treks sur les volcans de la chaîne des Maribios :

Les plages et réserves naturelles

Enfin, pour sortir de la chaleur de la ville et se rafraîchir au bord de la mer du Pacifique plusieurs plages sont possibles : 

Sites classés à L’UNESCO

Les ruines de León Viejo

León Viejo est la seconde ville la plus ancienne du Nicaragua, du moins ce qu’il en reste : des ruines. Fondée en 1524, elle était alors l’une des cités les plus importantes et prospères de la région, une colonie, un comptoir en somme. Beaucoup de richesses ramassées et pillées aux alentours transitaient, à l’époque, par son centre et son marché.
La ville a été construite près du lac de Managua et non loin du volcan Momotombo. Ce dernier a explosé un demi siècle après la fondation de la ville. León n’a pas été détruite par le volcan mais plutôt envahi et recouverte de cendres et de pierres volcaniques. Ce fut néanmoins un désastre. 30km à l’ouest, une nouvelle “León” fut construite, la ville de León que nous connaissons aujourd’hui. 

Les ruines de León Viejo ont été reconnues comme patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000. 

Baladez-vous tranquillement dans les restes de la ville, montez sur la petit colline à l’emplacement d’un ancien fortin et contemplez la splendide vue sur le lac et les volcans qui entourent l’endroit. 

La cathédrale de León 

La Basílica Catedral de la Asunción de León située sur la place centrale a été érigée en plusieurs étapes entre 1746 et 1860, rénovée en 1992 et repeinte en blanc par partie depuis 2015.

Cette construction à cinq nefs est divisée en sept compartiments en sous-sol dont trois sont ouverts au public et offrent chacun une histoire différente. Ils servaient de tombeaux pour les plus riches, de lieux de stockage pour les trésors des pirates ou encore de tunnels pour s’échapper en cas d’attaque. La tombe la plus spectaculaire est celle de Rubén Darío, le célèbre poète du Nicaragua, dont le tombeau est protégé par un lion au centre de la cathédrale.

À l’intérieur, au-delà de la fraîcheur du bâtiment, vous apprécierez la richesse de l’architecture et de la décoration. 

Il est possible de se rendre sur le toit de la cathédrale. En haut, vous vous baladerez pieds nus entre les 34 coupoles, de nombreuses cloches d’églises et quatre statues et vous pourrez admirer la belle vue sur la ville de León, ses rues, ses églises mais également sur les volcans alentours de la chaîne des Maribios. 

La Basílica Catedral de la Asunción de León a été déclarée site du patrimoine mondial par l’UNESCO en 2011.

Les fêtes traditionnelles de León

   Tout au long de l’année différentes fêtes sont célébrées à León. En voici les principales dates :

Janvier 

  • du 15 au 21: fête internationale de la Poésie de Rúben Dario
  • 3ème week-end : Viva León Festival

Fin mars / début avril 

  • Semaine Sainte durant laquelle de nombreuses processions ont lieu. Les rues du quartier de Sutiaba sont décorées de peintures colorées et éphémères à base de cendres et de sciures de bois.

Août

  • le 14 : la Gritería Chiquita. Fête en hommage à la Vierge Marie, qui aurait répondu à l’appel de l’Evêque Isidro Augusto Oviedo y Reyes et arrêté un nuage de cendres qui entourait et étouffait la ville de León suite à une éruption volcanique du Cerro Negro.

Septembre

  •  le 24 : fête de la Virgen de la Merced ou Nuestra Señora de las Mercedes, Patronne de la ville de León.
  • les 29 et 30 : San Jerónimo. Processions entre l’église de Sutiaba et la cathédrale en l’honneur de San Jerónimo avec des danses folkloriques au son des battements de tambours.

Décembre

  • tout le mois : Les « Gigantones ». Ce sont des représentations de personnage de l’époque de la colonisation : La Gigantona nommée Florentina est une poupée géante vêtue d’une robe colorée et des bijoux. Elle représente une dame espagnol accompagnée par El Enano cabezón, un nain avec une grosse tête, qui récite des vers qui font la satire et la critique des événements sociaux de la ville et du pays.
  • les 07 et 08 : La Purisima  ou la  Gritería. C’est la fête religieuse la plus importante de León, célébrée en l’honneur de la Conception de la Vierge Marie. En plus des feux d’artifice et de la musique, les habitants de la ville érigent des autels aux fenêtres et donnent des bonbons ou cadeaux aux passants qui chantent et crient avec ferveur « Que causa tanta alegría? » avant de répondre « ! La Concepción de María! ».